Viv'Info

La journée mondiale sans tabac

Événements - Publiée le 31/05/2021
Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), il y aurait dans le monde 650 millions de fumeurs. Cinq millions d’entre eux seraient décédés en raison de problème de santé liés au tabagisme.

Pourquoi une journée de sensibilisation ?

Journée sans tabac : origine

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est à  l’origine de la journée mondiale sans tabac.  Le premier événement a été organisé le 7 avril 1987. L’année suivante, cette journée mondiale a été définitivement fixée au 31 mai.

L’objectif est de sensibiliser sur les dangers du tabagisme sur la santé. Cette journée est autant destinée aux consommateurs de tabac qu’aux non consommateurs pour prévenir la dépendance à la nicotine. Plus d'informations 
 

L'impact du tabagisme en quelques chiffres

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), il y aurait dans le monde 650 millions de fumeurs. Cinq millions d’entre eux seraient décédés en raison de problème de santé liés au tabagisme.

 

Quelles sont les maladies liées au tabac ?

La cigarette est responsable de nombreuses maladies : cancers, maladies cardiovasculaires, maladies respiratoires…

  • Les cancers : Le tabagisme serait à l’origine de plus de 30% des cancers. Les cancers des bronches, de la bouche, du larynx seraient directement liés à la présence du goudron dans la cigarette. Les cancers des voies urinaires, digestives, du col de l’utérus, de l’œsophage auraient également un lien avec la consommation de tabac.
  • Les maladies cardiovasculaires : La cigarette influe sur la coagulation du sang et peut créer des caillots de sang engendrant ainsi des maladies cardiovasculaires. Le tabac serait alors responsable d’infarctus ou d’accidents vasculaires cérébraux.
  • Les maladies respiratoires : La fumée de cigarette et les éléments toxiques associés seraient responsables de nombreuses maladies respiratoires, comme l’asthme ou encore la bronchopneumopathie chronique obstructive.

 

Qui sont les personnes les plus touchées ?

Selon les chiffres du Baromètre de Santé Publique, voici le profil type  du fumeur : les fumeurs sont représentés à 54% par des hommes âgés de moins de 55 ans. Il y a plus d'hommes fumeurs que de femmes.

La majeure partie des fumeurs se trouve dans une situation de précarité économique. 13% d’entre eux sont notamment au chômage.

Arrêter de fumer : quelques astuces

Evaluer son besoin de nicotine

Il existe de nombreux tests sur Internet qui permettent au consommateur d’évaluer son besoin quotidien de nicotine. Ainsi, à l’issue du test, le fumeur a une perception plus précise de sa dépendance à la nicotine. Cela peut avoir un effet révélateur sur les habitudes ou réflexes liés à la consommation de cigarettes.  

Face à ce constat, le fumeur pourra trouver la meilleure solution pour arrêter : utilisation de patch, de médicaments, utiliser la cigarette électronique comme alternative pour réduire progressivement… a lire également

 

Calculer ses dépenses financières

Avec l’augmentation constante du prix des cigarettes, le tabagisme requiert un budget de plus en plus élevé. Pour prendre pleinement conscience du budget alloué à cette addiction, il peut être judicieux de calculer ses dépenses mensuelles en cigarettes, voire même sur l’année. L’idée est d’avoir un électrochoc pour avoir l’envie d’arrêter et de se projeter sur ce que l’on pourrait faire avec les économies réalisées.

 

Se fixer une heure d’arrêt

On sait que l’arrêt du tabac dépend avant tout de la volonté du consommateur. Afin de maximiser ses chances, le fumeur peut choisir le moment le plus approprié pour pour stopper sa consommation. Le mieux est bien sûr de choisir une période de détente où l’individu ne rencontre pas de stress (les vacances par exemple, le début du week-end). La personne qui souhaite arrêter la cigarette pourra se fixer une date et une heure pour démarrer son sevrage.

 

Changer sa routine

Pour arrêter de fumer, il peut être judicieux de modifier sa routine afin de ne pas être tenté. Par exemple, si dans les moments de stress, la personne avait pris l’habitude de fumer pour se détendre, il peut être opportun de rectifier ce réflexe et de le remplacer par de la marche ou la pratique d’exercices de relation.

Les anciennes habitudes, comme se rendre dans une brasserie le matin pour fumer avec un café, peuvent également être remplacés par un café à emporter. Dans les premières semaines qui suivent l’arrêt du tabac, il semble important de se créer de nouvelles habitudes pour effacer celles qui existaient avec la cigarette. Plus d'idées à lire 

 

Pratiquer une activité physique

Lorsqu’une personne est dans une démarche d’arrêt de la cigarette, il est essentiel de pratiquer une activité physique d’une part pour se vider l’esprit et ne pas céder à la tentation de refumer, mais aussi pour ne pas prendre de poids. Bien souvent, les consommateurs de tabac qui arrêtent de fumer mangent davantage pour compenser l’envie de fumer. De ce fait, les kilos s’accumulent. La pratique d’un sport permet ainsi d’éviter la prise de poids et d’améliorer ses performances cardiovasculaires.                                                                                                                   
                                         

Se faire aider

Bien que la détermination et la volonté soient les éléments essentiels pour arrêter de fumer, il est bien souvent nécessaire de se faire aider. Le site www.tabac-info-service.fr  présente les services qui existent pour se faire accompagner. Le 39 89 par exemple, est un numéro dédié et gratuit qui permet au fumeur de prendre contact avec des tabacologues par téléphone pour bénéficier de soutien. Le site permet également de trouver un tabacologue près de chez soi, pour une consultation en cabinet. Enfin, l’application Tabac Info Service offre à l’utilisateur des conseils et des astuces pour éviter les rechutes, mais lui permet aussi de suivre l’évolution de ses progrès.

 

Tenter l’hypnose

Même si d’un point de vue scientifique, l’hypnose n’est pas reconnue comme une technique certaine pour arrêter la cigarette, de nombreux témoignages attestent pourtant que cette méthode peut être une réussite. Ainsi, cette technique de sevrage qui consiste à modifier via l’inconscient, la relation que le consommateur entretient avec la cigarette, aurait permis à de nombreux fumeurs d’arrêter en une ou quelques séances.

 

Cet article vous a-t-il été utile ?
Retour à la page Viv'Info