Viv'Info

Bien se préparer pour les sports d'hiver

Votre santé - Publiée le 24/02/20
Partir au ski n’est pas à la portée de tous. Ce sont des vacances coûteuses, aussi celles-ci sont réservées en partie aux cadres : 40% d’entre eux partent en vacances d’hiver au moins une fois tous les deux ans alors que 8% seulement des Français partent aux sports d’hiver tous les deux ans. Les foyers partant le plus en vacances d’hiver sont ceux ayant un revenu mensuel supérieurs à 3 100€.

Les sports d’hiver adaptés à tous ?

Qui part au ski et où vont-ils ?

Partir au ski n’est pas à la portée de tous. Ce sont des vacances coûteuses, aussi celles-ci sont réservées en partie aux cadres : 40% d’entre eux partent en vacances d’hiver au moins une fois tous les deux ans alors que 8% seulement des Français partent aux sports d’hiver tous les deux ans. Les foyers partant le plus en vacances d’hiver sont ceux ayant un revenu mensuel supérieurs à 3 100€. Cela représente donc une certaine partie de la population, considérée comme « élite ». Cela s’explique en raison du coût élevé des activités (ski, snowboard, motoneige…), s’inscrivant donc dans une pratique de loisirs propre à certaines catégories sociales.

Pour de nombreux ménages, il est néanmoins possible de partir au ski grâce à leurs réseaux familiaux ou d’amis, bénéficiant alors d’un tarif moins élevé. Certains salariés de grandes entreprises peuvent également profiter du soutien du comité d’entreprise. Par ailleurs, outre les Français, on retrouve dans les stations de ski une part croissante de touristes venant de l’étranger : Allemagne, Angleterre, Etats-Unis, Autriche…qui représente 30% de la clientèle.

En raison des tarifs pratiqués élevés et du type de clientèle peu concerné par le chômage et la baisse du niveau de vie, les sports d’hiver ne subissent pas de baisse de fréquentation.

Les endroits les plus fréquentés pour pratiquer les sports d’hiver en France

Les domaines skiables les plus fréquentés en France se situent dans les Alpes ou les Pyrénées. Le domaine réalisant le plus gros chiffre d’affaires est Chamonix/Les Houches. Il est suivi par la Plagne et Val Thorens/Orelle.

Et en Europe, les sports d’hiver sont –ils plus abordables pour les Français ?

Tout d’abord, tout dépend de la taille de la station de ski car tout n’est pas comparable entre une petite station et un grand domaine, les prix varient énormément.

On a tendance à penser que les stations des pays de l’est sont moins onéreuses, ce qui n’est pas forcément le cas. En effet, il faut tout d’abord savoir que les stations polonaises, bulgares, hongroises et slovaques sont très petites avec quelques remontées seulement et un dénivelé réduit. En revanche, les hébergements sont bons marchés mais les forfaits restent assez chers. Pour être sûr que cela soit rentable, il faut prendre en compte toutes ces données et bien faire son calcul car la note monte vite entre le billet d’avion, le transfert, l’hébergement et le forfait !

En ce qui concerne les prix pratiqués en Andorre, ils sont intéressants surtout pour les hébergements. Les domaines skiables sont vastes et bien équipés. Les forfaits sont dans la moyenne des stations de cette envergure en France mais la vie sur place est moins chère (restauration, essence, shopping…). L’avantage aussi est qu’Andorre n’est pas beaucoup plus loin que les Pyrénées françaises, à 2h30 de Toulouse.

En Italie, les hébergements et les forfaits sont légèrement moins chers qu’en France mais en fonction du transport choisi pour s’y rendre, le budget peut vite augmenter. La station Livigno est un bon plan, surtout hors vacances scolaires où elle est bien moins chère. Son statut de zone franche l’exonère de certaines taxes : hébergements, shopping et restauration sont moins chers qu’ailleurs.

Dans les autres pays comme les pays nordiques (Suède, Finlande ou Norvège), le ski est cher en raison du coût de la vie notamment qui est plus élevé. Pour ce qui est des grandes stations suisses et autrichiennes, les forfaits et hébergements sont au même prix qu’en France voire plus chers. L’Allemagne propose un meilleur rapport qualité-prix mais se rapproche assez de ce que l’on trouve en France en termes de tarifs.

Quand on fait un calcul transport + hébergement + forfait + vie sur place et qualité de ski, on se rend compte que la France est finalement bien placée ! Bien sûr, les grandes stations prestigieuses sont très chères, mais il existe beaucoup de stations de taille moyenne à l’excellent rapport qualité-prix. Il est donc tout à fait possible de rester dans l’hexagone sans se ruiner !

Comment bien se préparer pour les sports d’hiver

Bilan des accidents en ski de 2018

Chaque année sur les pistes de ski les services de secours effectuent en moyenne 45 000 interventions. Le nombre d’accidents recensés en 2018-2019 est de 68 et le nombre de décès de 13 (selon l’Association Nationale pour l’Etude de la Neige et des Avalanches).

On constate une nette augmentation du port du casque estimé aujourd'hui à 76% toutes nationalités confondues sur nos domaines et 68% pour les Français (95% pour les moins de 12 ans). Même tendance pour le hors-piste où les pratiquants sont de plus en plus équipés d'un triptyque DVA-pelle-sonde, dans des proportions cependant nettement moins importantes que pour ce qui est du port du casque.

Pratiquer un sport d’hiver en toute sécurité

Afin d’éviter les accidents, il est recommandé de commencer le ski en douceur, de ne pas forcer si la fatigue arrive et de s’accorder une pause pour souffler et récupérer. Il ne faut pas hésiter à faire appel à des professionnels pour prendre des cours, permettant de connaître les différentes règles à suivre et apprendre différentes astuces pour maitriser sa vitesse, apprendre à respecter les balisages et la signalisation,…

Pour des sports d’hiver en toute sécurité, chaque année, le ministère des Sports lance une campagne de prévention pour rappeler les bonnes pratiques et bons réflexes à adopter.

Dans le cadre de cette campagne de prévention des sports d’hiver, des supports pratiques riches en infos pratiques sur la préparation physique, la sécurité et le matériel sont mis à disposition du grand public De la prévention est également faite pour prévenir les risques liés aux avalanches : la Direction départementale de la cohésion sociale des Hautes-Alpes propose un Escape Game Avalanche pour apprendre en moins de 20 minutes à s’échapper de « l’escape room » grâce à la résolution d’énigmes, une solution de prévention innovante pour apprendre en s’amusant. Pour ce qui est du hors-piste, il est important de s’équiper d’un détecteur de victime d’avalanche (DVA), appareil émetteur-récepteur qui doit être porté sous la couche vestimentaire extérieure. Il est indissociable de la pelle et de la sonde à avoir dans son sac à dos. Il est essentiel de tester son DVA avant toute sortie et de s’entraîner régulièrement à son utilisation. Enfin, il faut vérifier l’état des piles et mettre son DVA en marche en activant le mode « émission », ce qui permettra aux secours de vous retrouver en montagne. Avant de partir en hors-piste, il faut toujours s’informer sur le risque d’avalanche.

 

La campagne prodigue les bons conseils d’équipement sur les pistes comme par exemple le port d’un casque qui est vivement recommandé, de lunettes de soleil adaptées ou d’un masque ainsi que de la crème solaire. Avant de rejoindre les pistes, il est vivement recommandé de se préparer en pratiquant une activité sportive pour préparer son corps. Après toute séance de ski, snowboard ou balade en raquettes, il est important de s’étirer le soir, cela permet de récupérer plus vite. Enfin, il faut éviter les excès : le vin, la charcuterie et autres fromages sont à consommer avec modération !

Découvrez en vidéos des conseils et échauffements pour bien se préparer au ski 

Comment s’équiper au ski ?

Pour bien s’équiper au ski, cela commence par un indispensable : les sous-vêtements techniques. Il faut éviter d’accumuler les couches de peur d’avoir froid mais plutôt adopter le système des 3 couches qui se compose d’une première peau respirante pour évacuer la respirationet rester bien au sec, ensuite, la deuxième couche doit être chaude et également respirante, la polaire est une deuxième couche très efficace. La troisième couche est la veste de ski. Pour le bas, il suffit de mettre un legging chaud sous le pantalon de ski. Concernant les matières, le coton n’est pas adapté pour le ski bien qu’il soit très confortable car celui-ci retient l’humidité à cause de sa très faible respirabilité.

Pour choisir sa veste et son pantalon de ski, il faut prendre en compte des mesures représentant la respirabilité et l’imperméabilité du produit : il est recommandé de choisir au minimum du 10.000/10.000.

Concernant les accessoires, une bonne paire de gants ou de moufles est primordiale : la première zone de déperdition de chaleur au ski sont les mains. Pour assurer un maximum de sécurité, portez un casque. Bien qu’il ne soit pas obligatoire, le casque est très fortement recommandé et vous protège en cas d’accidents. Quand il fait un grand soleil, il ne faut pas oublier les lunettes et les prendre avec des verres de catégorie 3 minimum, en dessous on se retrouve vite ébloui et ce n’est pas bon pour notre vue. Pour bien voir le relief et éliminer la réverbération vous pouvez utiliser des verres polarisés. Pour le masque, privilégiez les catégories 1 et 2 qui améliorent la visibilité, il existe aussi des masques polychromiques qui s’adaptent à tous les temps. Pensez également à prendre une protection solaire pour protéger votre peau et un baume à lèvre.

Le choix des skis est un élément déterminant pour une pratique agréable et en toute sécurité. Les principaux critères de choix sont votre niveau technique, l’usage (freestyle, free ride, piste, tout terrain) ainsi que votre morphologie.

Et si vous êtes à pieds, pour éviter les chutes, il est recommandé de porter des crampons anti-verglas sur sol gelé ou enneigé.

Prendre des cours de ski

Pour les personnes qui débutent le ski ou qui se remettent au ski, il est conseillé de suivre des cours de ski permettant de découvrir et d’apprendre la glisse, de progresser rapidement et de se sentir plus en confiance et  en toute sécurité avec un moniteur diplômé. L’Ecole du Ski Français est présente sur les pistes hexagonales depuis plus de soixante ans, avec 250 bureaux et environ 17 000 moniteurs.

Pour une pratique sereine, un cours avec un professionnel en début de séjour permettra d’évaluer votre niveau de ski et d’acquérir les bons réflexes et de se perfectionner avant de vous lancer. Et même si vous êtes expérimenté, une rapide mise à niveau permettra de vérifier que vous maîtrisez toujours la discipline.

Cet article vous a-t-il été utile ?
Retour à la page Viv'Info